Mosquées radicales : Ce qu'on y dit, ce qu'on y lit par Joachim Véliocas

Mosquées radicales : Ce qu'on y dit, ce qu'on y lit

Titre de livre: Mosquées radicales : Ce qu'on y dit, ce qu'on y lit

Éditeur: Dominique Martin Morin

ISBN: 2856523862

Auteur: Joachim Véliocas


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

Joachim Véliocas avec Mosquées radicales : Ce qu'on y dit, ce qu'on y lit

La Direction générale de la sécurité intérieure recense 148 salles de prières musulmanes qualifiées radicales , sur 2500, chiffre qui a doublé en cinq ans. Seules une vingtaine ont été fermées à l'été 2016 selon Bernard Cazeneuve. Ce livre démontre que bien d'autres mosquées, dont les plus grandes de France, promeuvent une Loi islamique liberticide et incompatible avec notre civilisation. Une enquête de terrain qui a conduit l'auteur dans les mosquées des deux courants du salafisme, celui des Frères Musulmans et celui des wahhabites saoudiens, souvent aidées dans leur édification par des élus locaux du camp républicain' : Des dizaines d'heures de prêches ont été analysées, des milliers de pages des savants musulmans diffusées par ces bases de l'islamisme, passées au crible. Le constat est sans appel : aucune fédération de mosquées n'est épargnée par ce retour à l'islam des origines. Plus inquiétant, des présidents régionaux du Conseil (dit) français du culte musulman, sont des islamistes diffusant une charia totalisante dans leurs mosquées et leurs publications. Ce livre-enquête économise aux français le coût et la durée d'une enquête parlementaire. Le diagnostic étant posé, c'est maintenant aux politiques d'entrer en résistance contre le totalitarisme vert.

Livres connexes

La Direction générale de la sécurité intérieure recense 148 salles de prières musulmanes qualifiées radicales , sur 2500, chiffre qui a doublé en cinq ans. Seules une vingtaine ont été fermées à l'été 2016 selon Bernard Cazeneuve. Ce livre démontre que bien d'autres mosquées, dont les plus grandes de France, promeuvent une Loi islamique liberticide et incompatible avec notre civilisation. Une enquête de terrain qui a conduit l'auteur dans les mosquées des deux courants du salafisme, celui des Frères Musulmans et celui des wahhabites saoudiens, souvent aidées dans leur édification par des élus locaux du camp républicain' : Des dizaines d'heures de prêches ont été analysées, des milliers de pages des savants musulmans diffusées par ces bases de l'islamisme, passées au crible. Le constat est sans appel : aucune fédération de mosquées n'est épargnée par ce retour à l'islam des origines. Plus inquiétant, des présidents régionaux du Conseil (dit) français du culte musulman, sont des islamistes diffusant une charia totalisante dans leurs mosquées et leurs publications. Ce livre-enquête économise aux français le coût et la durée d'une enquête parlementaire. Le diagnostic étant posé, c'est maintenant aux politiques d'entrer en résistance contre le totalitarisme vert.La Direction générale de la sécurité intérieure recense 148 salles de prières musulmanes qualifiées radicales , sur 2500, chiffre qui a doublé en cinq ans. Seules une vingtaine ont été fermées à l'été 2016 selon Bernard Cazeneuve. Ce livre démontre que bien d'autres mosquées, dont les plus grandes de France, promeuvent une Loi islamique liberticide et incompatible avec notre civilisation. Une enquête de terrain qui a conduit l'auteur dans les mosquées des deux courants du salafisme, celui des Frères Musulmans et celui des wahhabites saoudiens, souvent aidées dans leur édification par des élus locaux du camp républicain' : Des dizaines d'heures de prêches ont été analysées, des milliers de pages des savants musulmans diffusées par ces bases de l'islamisme, passées au crible. Le constat est sans appel : aucune fédération de mosquées n'est épargnée par ce retour à l'islam des origines. Plus inquiétant, des présidents régionaux du Conseil (dit) français du culte musulman, sont des islamistes diffusant une charia totalisante dans leurs mosquées et leurs publications. Ce livre-enquête économise aux français le coût et la durée d'une enquête parlementaire. Le diagnostic étant posé, c'est maintenant aux politiques d'entrer en résistance contre le totalitarisme vert.