Député, pour que ça change par Michel POUZOL

Député, pour que ça change

Titre de livre: Député, pour que ça change

Éditeur: Cherche Midi

Auteur: Michel POUZOL


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

Primary: Député, pour que ça change.pdf - 30,641 KB/Sec

Mirror [#1]: Député, pour que ça change.pdf - 23,546 KB/Sec

Mirror [#2]: Député, pour que ça change.pdf - 21,841 KB/Sec

Michel POUZOL avec Député, pour que ça change

Le 18 juin 2012, pour la première fois de ma vie, je franchissais les portes de l'Assemblée Nationale.
La veille, peu après 21 heures, j'apprenais qu'avec 53 % des suffrages, je venais d'être élu député de la 3e circonscription de l'Essonne.
Cinq ans plus tôt, presque par hasard, je prenais ma carte au Parti socialiste après un meeting de campagne présidentielle de François Hollande à Brétigny s/ Orge. Ségolène Royal était la candidate du Parti socialiste, je n'étais pas très convaincu, jamais même je n'aurais pensé rejoindre ce Parti. Mais surtout, pas un seul instant je n'aurais eu la folie d'imaginer ce qui allait se passer dans ma vie les cinq années suivantes ni le chemin que je m'apprêtais à emprunter.
En 2002, encore cinq ans plus tôt, j'arrivais en Essonne, à Brétigny sur Orge, à 30 minutes de Paris mais à des siècles de ma vie précédente. Ma femme, ses enfants devenus les miens et moi, venions de quitter mon tout petit appartement parisien pour nous réfugier dans un cabanon de 20 m2, sans confort, en bordure de forêt. Ce n'était pas vraiment un choix... Un toit fragile, toujours mieux que pas de toit du tout.
Endetté, intermittent, chômeur puis rmiste, notre vie basculait dans le vide, la précarité des reportages télé, les petits boulots et le désespoir du quotidien... Mon épouse portait notre enfant, difficile d'y entrevoir une chance, au-delà du cadeau que s'apprêtait à nous faire la vie. Nous n'avions plus rien, j'avais parié sur l'avenir et j'avais perdu. Il fallait tout recommencer et surtout ne pas couler complètement.
J'avais échoué, je ne croyais plus en rien. Je mettais des baskets en rayon à 5 € de l'heure.
Impossible de penser qu'un jour, je serais député, élu de la République.
Tout comme il était impossible au fils d'ouvrier Michelin de Clermont-Ferrand que j'étais, au petit-fils de paysan, de se figurer qu'un jour il serait à Paris, journaliste, réalisateur, scénariste, plein d'espoir et de projets.
Et que tout s'arrêterait. Mais que tout recommencerait...




Michel Pouzol,



député de l'Essonne